2017
sept.
18

le professeur documentaliste à l’épreuve des radicalisations

Mediadoc n°18 : édito

Le numéro 18 de notre revue professionnelle Mediadoc est paru en juin dernier. Nous vous en proposons ici l’édito. Pour en consulter la notice complète ou vous procurer un exemplaire, rendez-vous sur notre catalogue en ligne : http://www.apden.org/spip.php?page=catalogue

Vous y trouverez également un article extrait du numéro, en téléchargement gratuit : Le recrutement numérique des adolescent.e.s par DAESH : les chants anasheed djihadistes - HUSSEIN, Hasna (sociologue des médias et du genre, chercheuse associée au Centre Emile Durkheim, UMR5116 Bordeaux).

MEDIADOC N°18 - EDITO

Par Gildas DIMIER

Il y a deux ans, en réaction aux attentats contre Charlie Hebdo et contre le supermarché Hyper Cacher, Mediadoc consacrait l’un de ses numéros aux libertés. Parce que la succession d’événements nous a appris, malheureusement, qu’il ne s’agissait pas là d’un épiphénomène, nous avons pris le parti de nous confronter directement à ce fait qui ébranle notre mode de vie au quotidien : les formes de radicalisation les plus violentes.

Il nous apparaît d’autant plus important de devoir approfondir ce sujet qu’il n’épargne pas les plus jeunes, lesquels peuvent être la cible, sur les réseaux sociaux notamment, d’une propagande très élaborée dont l’objectif est l’embrigadement à des fins terroristes. L’École se doit d’être là un rempart essentiel, rôle dont elle a commencé à se saisir, les professeurs documentalistes, parmi d’autres, pouvant endosser les fonctions de pare-feu pour démonter les ressorts sectaires d’un discours convaincu et méthodique dont les motivations sont irrationnelles et l’issue meurtrière.

Je tiens à remercier Séraphin Alava pour son appui à la coordination de ce dossier, lequel propose des contributions devant permettre aux professeurs documentalistes de s’emparer de cette question sensible, devenue prégnante. Il nous propose lui-même un article qui questionne en profondeur la relation nouvelle à l’information et aux médias qui résulte des nouveaux espaces de diffusion et des nouveaux usages, lesquels doivent nous conduire à repenser la construction du sens. A cette fin Hasna Hussein analyse les rouages de la propagande djihadiste sur les réseaux sociaux, nous apportant de la matière pour envisager une didactisation à partir de laquelle élaborer un contre-discours qui puisse être formulé auprès des jeunes. C’est ce que propose Rose-Marie Farinella, professeure des écoles, avec des élèves de CM2, et Véronique De Leener, au sein de l’association MAKS vzw à Bruxelles, lesquelles ont mis en œuvre des projets pour aborder ce sujet avec les jeunes.

La rubrique Ailleurs nous conduit cette fois en Uruguay, où Julia Demasi et Silvana Harriett nous proposent de découvrir la situation et le rôle des bibliothécaires scolaires dans ce pays. Après plusieurs témoignages présentant différents contextes nationaux, il apparaît, manifestement, que le modèle français des professeurs documentalistes n’est pas unique et, sous bien des aspects, mais sans chauvinisme, davantage développé dans ses fonctions que chez nos collègues étrangers.

Pour clore ce numéro avec la rubrique Varia, Olivier Le Deuff nous invite à découvrir le concept de « documentalité », défini par Maurizio Ferraris. Si le sujet est parfois complexe, il constitue une entrée foisonnante qui, à terme, peut rendre au document une dimension originale essentielle. Enfin, Natacha Robert, nous relate le projet de webradio « Ondes de choc », qu’elle a mis en œuvre dans le lycée agricole où elle est en poste. Une belle réussite, inspirante pour qui souhaite travailler ce média avec les élèves.

Il reste, pour conclure, à évoquer la nouvelle circulaire de missions des professeurs documentalistes. Publiée fin mars dernier, nous avons pris le parti de prendre le temps de l’analyse et de la réflexion. Mais nous l’évoquerons, avec application, dans le respect du temps de l’attente, après trente ans d’une longue parturition, comme dans celui d’une espérance ambitieuse mais raisonnable, car le soleil, sans doute, se lève aussi.

  • RESTEZ
    CONNECTé