2019
juil.
3

Projets de programmes de Terminale

Contribution auprès de la DGESCO

Dans la poursuite de la démarche de consultation engagée lors de l’audience du 12 juin dernier auprès de la DGESCO et de la contribution déjà produite en 2018 pour les projets de programmes de seconde et de première, l’A.P.D.E.N. a été encouragée à produire une nouvelle contribution portant sur les projets de programmes de Terminale du nouveau lycée, à l’intention du CSE qui se réunira les 11 et 12 juillet prochains. Nous en publions ici le contenu intégral, dont la teneur ne diffère malheureusement pas significativement du texte précédent en ce qui concerne la place attribuée au professeur documentaliste et à l’information-documentation, selon une mise en forme paginée rendue nécessaire par la longueur du texte. Il est également téléchargeable au format PDF, dans un format imprimable, au bas de cette page.

Les connaissances et compétences relevant de la culture de l’information et des médias, reconnues comme nécessaires au développement intellectuel, citoyen et culturel de tous les élèves du secondaire, ne trouvent pas, dans ce cadrage nouveau, les conditions pédagogiques et didactiques nécessaires à leur réelle appropriation par les élèves. En outre, les notions, compétences et problématiques info-documentaires auxquelles il est fait référence ne sont que rarement travaillées en tant que telles, mais plutôt mises au service d’un enseignement disciplinaire, dans la plupart des occurrences, selon une acception réductrice empêchant une acculturation effective par les élèves, sans que soit mentionné le rattachement au champ d’expertise des professeurs documentalistes, ni même systématiquement la nécessaire collaboration avec ces derniers - et lorsque c’est le cas, la terminologie retenue pour la définir cantonne in fine le professeur documentaliste à une posture d’accompagnement ou d’aide, par nature facultative.

Relevons dans cette perspective l’occurrence en spécialité Histoire des arts : « Avec l’aide des professeurs documentalistes, les élèves sont invités à exploiter les ressources documentaires disponibles, en particulier celles offertes par les technologies de l’information et de la communication. Ils sont initiés à la critique et à la hiérarchisation des sources ». De même, la référence en Histoire-géographie, géopolitique, sciences politiques du travail mené en Première, en collaboration avec l’enseignant en charge de cette spécialité, assigne au professeur documentaliste un rôle d’aide méthodologique, alors que l’enjeu du chapitre 4 de la spécialité à ce niveau sera de renforcer l’acculturation aux médias et à l’information et, par là même, de dépasser la simple compétence méthodologique, procédurale, pour construire des savoirs et savoir-faire conscientisés, transférables à d’autres contextes médiatiques et informationnels (« Se documenter : l’acquisition de cette compétence est fondamentale pour la réussite dans le supérieur. En classe de première, le travail de documentation est guidé par le(s) professeur(s) de la spécialité et le professeur documentaliste, qui accompagnent méthodiquement l’élève dans sa recherche de sources ou d’information, y compris sur internet. Les principes de la rédaction d’une fiche de lecture peuvent être abordés. En classe terminale, une place plus grande est donnée à la documentation autonome des élèves »).

Ainsi, sur ce point, l’A.P.D.E.N. demande instamment que :

  • la responsabilité du professeur documentaliste en matière d’enseignement ou de co-enseignement soit explicitement inscrite dès lors qu’une notion et/ou une compétence relevant du domaine des sciences de l’information et de la communication (SIC) est convoquée, conformément à sa circulaire de missions. A ce titre, nous demandons qu’une formulation commune soit retenue et ajoutée à tous les préambules, spécifiant que le co-enseignement avec le professeur documentaliste est à privilégier pour toute situation d’apprentissage engageant des connaissances et compétences relevant de son champ d’expertise.
    Cette demande concerne prioritairement :
    • le programme d’EMC, dont une large part relève indiscutablement du domaine d’expertise du professeur documentaliste et regroupe des contenus déjà largement enseignés par la profession, dans des cadres divers ; la responsabilité partielle de cet enseignement doit par conséquent pouvoir lui être attribuée, en responsabilité ou en co-enseignement ;
    • le travail sur la source et le document en Histoire, objets épistémologiques relevant tout à la fois de l’histoire et des SIC, avec des acceptions complémentaires ;
    • le travail sur les connaissances et compétences informationnelles en option et spécialité Musique ;
    • le chapitre du programme de Droit et grands enjeux du monde contemporain portant sur la création et les technologies numériques ;
    • la spécialité Management, sciences de gestion et numérique en filière technologique STMG, dont le tronc commun et les trois spécialités sont largement nourries de notions et thèmes informationnels ;
  • la collaboration avec le professeur documentaliste et l’investissement pédagogique de l’espace de formation et d’information qu’est le CDI soient explicitement inscrits dans les programmes, quelle que soit la discipline, pour toutes les situations mobilisant des compétences relevant de la recherche, du traitement et de la production d’information, ainsi que, plus largement, de tout ce qui participe de la mise en pratique d’une culture de l’information et des médias, y compris numériques.
  • les situations pédagogiques contextualisées en interdisciplinarité mentionnent, parmi les autres enseignements, celui de l’information-documentation et de la culture de l’information et des médias, porté explicitement par le professeur documentaliste.
    Cette demande concerne prioritairement :
    • les Langues vivantes A et B,
    • la spécialité Musique,
    • la spécialité Sciences et techniques sanitaires et sociales de la filière technologique ST2S.

Documents

Projets de programmes de Terminale pour le nouveau lycée - Contribution de l’A.P.D.E.N. au CSE - 27 juin 2019
PDF - 411.1 ko

Lire aussi

  • RESTEZ
    CONNECTé