2012
juin
4

Les ENT et le web ou de l’aquarium à l’océan

C’est vers cette formation d’esprits libres et autonomes, mais non moins avertis, que voudraient tendre les apprentissages infodocumentaires que la FADBEN met en avant.

Article de Ivana Ballarini-Santonocito Professeur documentaliste publié dans le Médiadoc N°4 de Mai 2010

Le déploiement des ENT dans les établissements scolaires, et plus particulièrement l’intégration d’un bouquet de ressources numériques, permet d’offrir aux élèves l’accès à des ressources fiables qui, souvent, ne sont pas gratuites. Mais derrière ce dispositif, il y a surtout la volonté de mettre en place un système documentaire didactisé, certes sécurisé mais fermé à l’environnement documentaire « réel » des élèves qui est celui
dans lequel ils baignent en dehors de l’école.
N’y a-t-il pas là une stratégie d’évitement qui va à l’encontre d’une formation à la culture de l’information ?
Ne prend-on pas ainsi le risque de passer à côté d’une réelle formation visant à développer des compétences intégrales permettant de vivre et d’agir dans le monde tel qu’il est en-dehors de la bulle scolaire ?
A partir de là, quelle place donner aux ENT dans les apprentissages info-documentaires ?
De même que le CDI et l’offre documentaire multi-supports référencée dans son catalogue, les ENT s’intègrent dans un système didactisé
qui ne peut faire l’économie, et encore moins l’impasse, sur les apprentissages liés aux pratiques informationnelles in situ sur le web, car
ce sont là que résident les véritables enjeux éducatifs de la culture de l’information.
Derrière les ENT se cache cette peur, cette diabolisation d’Internet et de ses sempiternels risques que relève Anne Cordier dans ses écrits
et qui font dire à Justine, élève en 4e :
« Ici, Attention, Internet, c’est sacrilège ! Pour
y aller, faut le vouloir ! » [1] Alors, les ENT
pourquoi pas, mais...
... à condition d’apprendre aux élèves à naviguer entre, d’une part, un univers « aquarium » sécurisé, validé mais totalement clos, un univers
contraint par des choix relevant d’une institution avec ses intentions propres qui fait évoluer les élèves dans un parcours balisé,
sans doute gage de réussite scolaire, mais qui laisse peu de place à la créativité, à la sensibilité et à la construction d’une pensée critique
autonome et libre de ses choix.
Sortir de l’« aquarium » donc, pour aller, d’autre part, vers un univers « océan » totalement ouvert, non hiérarchisé et « sauvage » où le meilleur
côtoie le pire, mais ouvert aussi à tous les possibles des rencontres du hasard et de la sérendipité qui font la richesse du web, pour peu
que les esprits soient dotés d’outils intellectuels leur permettant de naviguer en toutes eaux et par tous les temps !
C’est vers cette formation d’esprits libres et autonomes, mais non moins avertis, que voudraient tendre les apprentissages infodocumentaires.

Notes

[1Cordier, Anne « Le CDI, un laboratoire à la croisée des mondes ». Mediadoc n°3, octobre 2009, p. 6-9.

Documents

ENT
PDF - 111.2 ko
  • RESTEZ
    CONNECTé