2018
nov.
21

Consultation sur les programmes du nouveau lycée

Contribution auprès de la DGESCO

Le 18 novembre 2018, la Fédération A.P.D.E.N. a adressé à M. Jean-Marc Huart, directeur général de la DGESCO, sa contribution dans le cadre de la consultation sur les nouveaux programmes de lycée, sous la forme d’une analyse détaillée suivie de demandes d’amendements. Nous en publions ici le contenu intégral, selon une mise en forme paginée rendue nécessaire par la longueur du texte. Il est également téléchargeable au format PDF, dans un format imprimable, en cliquant sur l’icône ci-contre.

3- La mission du professeur documentaliste en matière d’éducation culturelle et de développement de la lecture est souvent éludée

La circulaire de missions des professeurs documentalistes dispose que : « Le professeur documentaliste contribue à l’éducation culturelle, sociale et citoyenne de l’élève. Il met en œuvre et participe à des projets qui stimulent l’intérêt pour la lecture, la découverte des cultures artistiques, scientifiques et techniques en tenant compte des besoins des élèves, des ressources locales et du projet d’établissement. Il peut participer à l’organisation, à la préparation et à l’exploitation pédagogique en relation avec les autres professeurs et les conseillers principaux d’éducation, de visites, de sorties culturelles et faciliter la venue de conférenciers ou d’intervenants extérieurs. Il participe notamment au parcours citoyen et au parcours d’éducation artistique et culturelle au sein de l’établissement ».

Or, la place du professeur documentaliste dans les projets de programmes littéraires et artistiques est très marginale, alors que les missions qui lui sont confiées par l’institution dans le domaine des arts et de la culture sont propices aux points de convergence avec les professeurs en charge de ces disciplines et enseignements.
Dans la mesure où un certain nombre de projets de programmes présente de surcroît des propositions relevant tout à la fois d’une approche culturelle et documentaire, avec la mise en œuvre de supports de collecte, de production et d’organisation d’une documentation personnelle par les élèves, de type portfolio ou carnet de bord, cette lacune est doublement incompréhensible. Les programmes suivants sont ainsi concernés :

a. Dans le domaine de la littérature et du développement de la lecture
  • Français - Enseignement de tronc commun (tous niveaux)
    Les finalités propres de l’enseignement du français au lycée ambitionnent de « faire lire les élèves et [de] leur permettre de comprendre et d’apprécier les œuvres, de manière à construire une culture littéraire commune, ouverte sur les autres arts, sur les différents champs du savoir, et sur la société ».
    En classe de seconde, « l’élève [est invité à tenir] un carnet personnel pour le suivi des lectures cursives » [pour] « garder trace de son parcours de lecture et d’appropriation culturelle ». Le professeur documentaliste, absent de cette proposition d’action, y aurait pourtant toute sa place, tout à la fois pour sa compétence en matière de conseil vis à vis des lectures cursives, et pour son expertise relative à la mise en place de scénarios pédagogiques permettant leurs appropriations culturelles.
    En classe de première, l’épreuve du baccalauréat prévoit un « entretien, qui prend appui sur la présentation d’un dossier proposé par l’élève et réunissant, sur un objet d’étude, un approfondissement documentaire, éventuellement un prolongement artistique et culturel, la référence d’une lecture cursive et un écrit d’appropriation ». Les démarches de co-enseignement et de collaboration pédagogique entre professeur de français et professeur documentaliste pourraient ici prendre une double dimension, à la fois selon l’angle documentaire et selon l’angle culturel.
b. Dans le domaine de l’éducation culturelle et artistique

Les projets de programmes, pour les enseignements artistiques optionnels de la classe de seconde (arts du cirque, arts plastiques, cinéma-audiovisuel, danse, éducation musicale, histoire des arts, théâtre), indiquent en préambule que « les enseignements artistiques proposés au lycée s’inscrivent dans la continuité des enseignements artistiques suivis au collège dans le cadre des enseignements obligatoires (arts plastiques, éducation musicale et chant choral, éducation physique et sportive) et avec les expériences menées dans le cadre de l’éducation artistique et culturelle (ateliers de pratique artistique, association sportive, etc.). [...] Selon des modalités qui leur sont propres, les enseignements artistiques tirent parti des ressources de l’établissement et des partenaires culturels. Ils peuvent s’appuyer sur les dispositifs complémentaires relevant de l’éducation artistique et culturelle ».
Ils précisent pour la classe de première, concernant les enseignements de spécialité, que « la pratique artistique et le renforcement des connaissances culturelles » sont les principaux objectifs de ces enseignements. Dans le détail, nous relevons, d’autre part :

  • Cinéma-audiovisuel - Enseignement optionnel (seconde)
    « En classe de seconde, les situations d’évaluation suivantes sont privilégiées :
    • la recherche et la sélection de supports et de documents variés pour nourrir une réflexion personnelle ;
    • la constitution de traces et de documents personnels ou collectifs attestant le cheminement créatif (rencontres, entretiens, états du projet, recherches, références, etc...) ».
  • Danse - Enseignement optionnel (seconde)
    « Au-delà des ressources constituées au sein de l’établissement, disponibles auprès des différents partenaires et lieux culturels, le professeur peut s’appuyer sur des banques de données numériques nationales. Ces documents permettent d’éclairer l’étude de la danse. Par ailleurs, il est important de guider l’élève dans la construction d’une bibliographie qui l’accompagnera dans son parcours de lycéen, voire d’étudiant ».
  • Arts du cirque - Enseignement optionnel et de spécialité (seconde, première)
    En classe de seconde : « Recueil des connaissances, ce carnet de bord constitue un lieu de réflexion, de recherche, d’expression personnelle, d’analyse et de jugement critique. Les élèves l’élaborent sous la forme d’un portfolio, éventuellement numérique ».
    En classe de première : « La pratique artistique et le renforcement des connaissances culturelles sont les principaux objectifs de ces enseignements. [...] Ils peuvent s’appuyer sur les dispositifs complémentaires relevant de l’éducation artistique et culturelle. [...] Le carnet de bord, recueil des connaissances construites au fur et à mesure de son parcours dans l’enseignement, constitue le lieu privilégié où il rend compte de ces expériences ».
  • Histoire des arts - Enseignement de spécialité (première)
    « L’élève est capable d’appréhender de façon critique une culture fondée sur une expérience esthétique (visuelle, auditive, etc.) en la croisant avec les diverses sources d’informations dont il peut avoir connaissance, afin de soutenir une position personnelle ».
  • Création culture design - Enseignement technologique optionnel (seconde)
    « Ouverture artistique et culturelle : elle est fondée sur l’appropriation de références documentaires et sur la visite de sites culturels [...] au croisement des champs artistique et technologique, elle favorise la constitution d’un corpus de références ».
  • Design et métier d’art - Enseignement de spécialité (première STD2A)
    « La formation permet à l’élève d’acquérir une solide culture, soit : sélectionner et exploiter des références, des ressources documentaires ». « Cette ouverture sur le monde peut être engagée par la mise en place de partenariats, d’actions en coopération avec le professeur documentaliste, de sorties culturelles régulières, de voyages scolaires permettant d’assurer une veille permanente ».

Documents

Consultation sur les nouveaux programmes du lycée - Contribution complète de l’A.P.D.E.N. auprès de la DGESCO (18/11/2018)
PDF - 352 ko
  • RESTEZ
    CONNECTé