2018
nov.
21

Consultation sur les programmes du nouveau lycée

Contribution auprès de la DGESCO

Le 18 novembre 2018, la Fédération A.P.D.E.N. a adressé à M. Jean-Marc Huart, directeur général de la DGESCO, sa contribution dans le cadre de la consultation sur les nouveaux programmes de lycée, sous la forme d’une analyse détaillée suivie de demandes d’amendements. Nous en publions ici le contenu intégral, selon une mise en forme paginée rendue nécessaire par la longueur du texte. Il est également téléchargeable au format PDF, dans un format imprimable, en cliquant sur l’icône ci-contre.

  • Histoire-géographie - Enseignement de tronc commun (seconde et première)
    En histoire, nous relevons l’importance accordée au travail sur les sources, notion relevant toute à la fois de l’épistémologie de l’histoire et de l’information-documentation. Des compétences info-documentaires sont également attendues, de manière cependant modeste. Il est ainsi précisé qu’« à l’issue du lycée, les élèves doivent être capables de maîtriser des connaissances fondamentales diverses, de se confronter à des sources, d’analyser des documents, de prendre des notes ainsi que de mener un travail personnel ». Afin d’accéder à cet objectif, le professeur d’histoire-géographie consacrera un temps dédié « à l’étude de sources, à l’analyse approfondie et critique de documents variés (cartes, textes, iconographie, vidéos,...) et à la réalisation de croquis ». En outre, « le professeur est maître de leur degré d’approfondissement, qui peut donner lieu à des travaux de recherche documentaire, individuels ou collectifs, et à des restitutions orales et écrites ». Les exigences en matière de recherche, d’analyse et d’évaluation de l’information sont relativement faibles ici, alors que l’absence de convocation de l’expertise du professeur documentaliste sur ces questions peut une fois encore être soulignée. On relèvera également l’absence totale d’objectifs info-documentaires dans les projets de programmes en géographie.
  • Physique-chimie - Enseignement de tronc commun (seconde)
    On notera, dans le préambule, une occurrence d’une compétence info-documentaire travaillée dans le cadre de la démarche scientifique : « rechercher et organiser l’information en lien avec la problématique étudiée ».
  • EPS - Enseignement de tronc commun (tous niveaux)
    Il est demandé aux collègues d’Éducation physique et sportive d’exploiter les usages du numérique dans les apprentissages requis dans leur discipline, et notamment la vidéo qui « doit pouvoir également être l’occasion d’une information accrue des jeunes sur les usages responsables du numérique et du droit à l’image ». Cette terminologie renvoie à la notion info-documentaire du droit de l’information, qui peut être travaillée en co-enseignement avec le professeur documentaliste, tout comme celle de la sécurisation des données quand il s’agit, pour les professeurs d’EPS, « [d’utiliser] ces appareils [connectés] dans leurs enseignements [et de ne pas] ignorer la réglementation en vigueur en matière de protection des données personnelles des élèves et [devoir] s’assurer de la confidentialité des conditions de stockage de ces données ».
  • Sciences Economiques et Sociales - Enseignement de spécialité (première)
    Quelques compétences info-documentaires sont convoquées dans ce programme comme attendus de fin de cycle : « les élèves doivent maîtriser, à l’issue du cycle terminal, un certain nombre de compétences transversales : collecte et traitement de l’information ; analyse et mobilisation des données ; analyse et mobilisation de documents de natures diverses ». Des capacités développées en sociologie et science politique sont propices au co-enseignement avec le professeur documentaliste, relevant également de l’éducation aux médias et à l’information : « comprendre comment les nouvelles sociabilités numériques contribuent au lien social » et « comprendre les principes et les techniques des sondages, et les débats relatifs à leur interprétation de l’opinion publique ».
  • Arts plastiques - Enseignement de spécialité (première)
    Les attendus de fin de cycle précisent, concernant la compétence « Expérimenter, produire, créer », que « l’élève est capable de prendre l’initiative de se documenter et vérifier les sources dans le cadre d’un projet personnel ou collectif, de faire une recherche d’images, de sélectionner et vérifier ses sources ». Le choix des termes prendre l’initiative semble indiquer que les élèves auraient préalablement des pratiques informationnelles structurées et adaptées aux attentes scolaires, notamment celle d’effectuer une recherche d’information en autonomie. Or, les enseignants comme la recherche savent qu’il s’agit là d’un processus complexe qui nécessite un apprentissage explicite, itératif, sur le long cours. C’est précisément cet apprentissage que le professeur documentaliste est en capacité de dispenser si on lui laisse la possibilité d’enseigner ces items dans ce programme, afin de renforcer l’enseignement déjà reçu au collège.
  • Sciences de l’ingénieur - Enseignement de spécialité (première)
    Un point du projet de programme cible plus précisément la notion d’information : « s’informer, choisir, produire de l’information pour communiquer au sein d’une équipe ou avec des intervenants extérieurs ». Les élèves sont évalués, à la fin du cycle, sur leurs compétences à « rechercher, traiter et organiser des informations ; choisir et produire un support de communication via un média adapté » après avoir étudié un certain nombre de notions info-documentaires tout au long de leur cursus, tels que les espaces informationnels, les bases de données ou encore les moteurs de recherche, pour ne citer que quelques exemples. Sur ce point de programme, le co-enseignement avec le professeur documentaliste devrait être incontournable.
  • Sciences et techniques sanitaires et sociales - Enseignement de spécialité (première ST2S)
    L’importance de l’acquisition d’une démarche de recherche d’information par les élèves est relevée à plusieurs reprises dans ce projet de programme, qui insiste sur la nécessité d’ « un temps dédié » afin de travailler, entre autres, les notions de source, de fiabilité et qualité de l’information mais aussi de requête, références, bases documentaires. Les élèves devront ainsi « constituer et structurer un corpus documentaire correspondant à un sujet dans le domaine sanitaire et social ; expliquer l’apport de la recherche documentaire à une étude ».
  • Outils et langages numériques - Enseignement de spécialité (première STD2A)
    Comme précisé dans le préambule, « cet enseignement prolonge les acquis de l’enseignement commun Sciences numériques et technologie de la classe de seconde, lesquels sont centrés sur la culture (histoire et usages du numérique) ». Il s’appuie sur la notion de littératie numérique et ses apports culturels se fondent sur différents ancrages théoriques, comme l’histoire des médias. « L’enjeu de cette approche est d’engager les élèves dans le développement d’une attitude critique quant aux environnements numériques contemporains. Il s’agit de retracer les grandes étapes de l’histoire de l’informatique [...] et de rappeler des fondamentaux techniques tels que le fonctionnement des machines électroniques, la communication (courriel, médias sociaux etc.), la recherche et le tri d’informations (fonctionnement d’un moteur de recherche), et les licences d’utilisation (libres/propriétaires) ».
    Les modalités d’enseignement à privilégier sont l’interdisciplinarité pour laquelle sont convoquées les enseignements en design, métiers d’arts, physique-chimie ou encore anglais. On regrettera ainsi l’absence de l’information-documentation, discipline enseignée par le professeur documentaliste, notamment compétent ici pour l’objet d’étude « publication numérique » pour lequel il convient d’« identifier et [d’]utiliser des outils et processus de publication (blogs, médias sociaux, systèmes de gestion de contenus, etc.) », de « porter attention à la préparation de contenus pour le Web (choix des types de médias et préparation des fichiers : images, vidéos, textes, etc.) ainsi qu’aux stratégies de diffusion (publics visés, gestion des commentaires, etc.) ». Le projet de programme met également en exergue un certain nombre d’attendus en termes de compétences info-documentaires qui devraient être travaillées avec le professeur documentaliste.
  • Sciences de gestion et numérique - Enseignement de spécialité (première STMG)
    Les transformations numériques sont au cœur du programme des sciences de gestion et numérique qui propose quatre thèmes renvoyant « aux principales questions portant sur le fonctionnement des organisations : la mobilisation des ressources humaines, l’impact du numérique, la création de valeur, la prise en compte du temps et des risques ». Ainsi, le premier thème « De l’individu à l’acteur » va questionner les modalités selon lesquelles un individu peut devenir acteur au sein d’une organisation, notamment par la construction de son identité numérique, l’analyse de ses interactions avec les autres sur les réseaux sociaux, l’étude de situations de communication écrite et orale.
    Le deuxième thème « Numérique et intelligence collective » vise à déterminer comment le numérique « se réfère à la fois à des technologies (automatisation, robotique, intelligence artificielle,...) et aux processus de transformation qu’elles engendrent ». L’exemple du système d’information, qui « structure l’organisation et prend en charge la diffusion et le partage des informations entre les acteurs », est ainsi cité. En outre, « l’environnement de travail numérique offre des opportunités nouvelles de collaboration par l’intégration des compétences, la production et l’utilisation d’informations et de connaissances, constitutives d’une véritable intelligence collective ».
    Trois problématiques, questionnant la notion d’information, permettent l’étude de nombreuses notions sous-jacentes telles que « [l’]information et [la] connaissance, [les] données à caractère personnel, [les] métadonnées (big data), [les] données ouvertes (open data), [le] rôle, accessibilité et valeur de l’information [ou encore le] système d’information (SI) ». Mais également les « applications et usages du numérique dans les organisations : e-communication, partage de l’information, collaboration, communautés en ligne et réseaux sociaux ». On déplore évidemment ici que les multiples situations de co-enseignement envisageables avec le professeur documentaliste, relativement à ces nombreuses notions info-documentaires, ne soient nulle part mentionnées.

Documents

Consultation sur les nouveaux programmes du lycée - Contribution complète de l’A.P.D.E.N. auprès de la DGESCO (18/11/2018)
PDF - 352 ko
  • RESTEZ
    CONNECTé